Groupe d'étude international sur le lac Ontario et le fleuve Saint-Laurent

Qui sommes-nous?

Nouvelles/Médias

Bulletin

Groupe consultatif sur l'intérêt public

Groupes de travail techniques

Rapports et procès-verbaux

Données de l'Étude

Liens

Board room


Commission mixte internationale

Great Lakes Information Network
Site Web et traduction par le Bureau de la traduction





Téléchargez Adobe Reader
Téléchargez Adobe Reader 7.0
Groupes de travail techniques

| Membres du Groupe | Liens |
| Galerie d'images | Glossaire |
| Feuillets d'information sur les indicateurs de rendement

Environnement et milieux humides

« Grâce à la régularisation du lac Ontario, les niveaux d'eau les plus élevés durant les périodes d'apports d'eau importants ont été réduits, et les niveaux les plus bas durant les périodes très sèches ont été haussés. »
Environment/Wetlands

En quoi les niveaux d'eau du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent ont-ils un lien avec l'environnement et les milieux humides?

Pourquoi le Groupe de travail technique sur l'environnement a-t-il été créé?

Quels sont les buts du groupe dans le cadre de l'Étude?

Comment le groupe prévoit-il atteindre ces buts?

Quels sont les objectifs du groupe pour l'année 3?

Quel est le calendrier de travail du groupe pour l'année 3?

En quoi les niveaux d'eau du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent ont-ils un lien avec l'environnement?

Les fluctuations des niveaux d'eau sont une conséquence naturelle de la variabilité climatique. Les communautés biologiques ont donc évolué de manière à s'adapter aux niveaux d'eau et aux changements quotidiens, saisonniers et même annuels. En fait, ce sont les types de variation des niveaux d'eau qui déterminent la diversité et l'état des associations végétales de marécages et des habitats qu'elles offrent pour une variété d'invertébrés, d'amphibiens, de reptiles, de poissons, d'oiseaux et de mammifères.


Des niveaux d'eau élevés peuvent entraîner :

  • la perte de nombreux arbustes, l'invasion par les espèces végétales riveraines, la dominance des roseaux et autres plantes émergentes d'eau peu profonde dans le couvert.

Des niveaux d'eau bas peuvent entraîner :

  • une exposition à l'air des zones situées à proximité du rivage et la perte des espèces végétales submergées concurrentes; des plantes émergentes poussent alors à partir des semences exposées des rives;
  • une perte de l'accès à l'habitat utilisé par les poissons pour le frai, l'alimentation des adultes et l'alevinage des juvéniles;
  • une utilisation restreinte des milieux humides par les rats musqués.

Pourquoi le Groupe de travail technique sur l'environnement a-t-il été créé?

Le Groupe de travail technique sur l'environnement a été créé afin d'étudier et de prévoir la réponse de certains attributs environnementaux à une variété de scénarios de régularisation. Les travaux du groupe permettront de déterminer les scénarios de régularisation qui conviennent le mieux aux besoins et aux intérêts en matière d'environnement.

Quels sont les buts du groupe dans le cadre de l'Étude?

  1. S'assurer que tous les types d'habitats naturels (plaines d'inondation, marécages arborés et frutescents, prairies humides, marais profonds et peu profonds, végétation submergée, vasières, eau libre et eau à écoulement rapide) et d'entités riveraines (cordons littoraux, barres/dunes de sable, rives en gravier/galet et îles) sont représentés en quantité suffisante pour permettre le maintien du ressort et de l'intégrité de l'écosystème, et ce, pour toutes les saisons.

  2. Maintenir la connectivité hydraulique et spatiale des habitats pour s'assurer que la faune a un accès temporel et spatial à une superficie suffisante de tous les types d'habitats dont elle a besoin pour réaliser son cycle de vie.

Comment le groupe prévoit-il atteindre ces buts?

Au cours de l'année 3, le Groupe de travail technique sur l'environnement réalisera plusieurs études qui, pour la plupart, ont été amorcées au cours des années précédentes. Un projet unique et évolutionniste est la mise au point d'un modèle intégré de la réponse écologique (MIRE). Ce modèle combinera les résultats de plusieurs projets entrepris par le Groupe de travail technique pour mieux déterminer les répercussions possibles de différents plans de régularisation sur les écosystèmes du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent. Au cours de l'année 3, le Groupe de travail axera ses activités non plus sur la collecte et l'analyse des données mais sur leur intégration et leur modélisation.

Les activités planifiées jusqu'à la fin mars 2002 portaient sur :

  1. la collecte sur le terrain de données sur la faune et la flore;
  2. l'analyse de l'information recueillie;
  3. l'intensification des activités de modélisation, l'établissement de modèles et l'intégration de données.

Les projets canadiens sont en cours et les produits de l'année 2 ont été livrés en mars 2003.

Les projets américains de l'année 3 seront terminés en septembre 2003.

Quels sont les objectifs du groupe pour l'année 3?

Le Groupe de travail technique terminera ses activités de collecte de données et axera ses efforts sur la compilation des résultats des recherches. Une attention particulière sera accordée au développement de modèles visant à intégrer les résultats de toutes les recherches entreprises par le Groupe de travail technique. Les liens avec le Groupe de formulation et d'évaluation des plans (GFEP) se resserreront à mesure que la compilation et l'intégration des résultats des recherches progresseront. Grâce à cette interaction, les résultats des recherches du Groupe de travail seront intégrés dans un cadre qui servira à formuler des recommandations concernant la mise en oeuvre d'un nouveau plan de régularisation qui tiendra compte des préoccupations de tous les groupes d'intérêt.

Quel est le calendrier de travail du groupe pour l'année 3?

À sa dernière réunion (24 et 25 février 2003), le Groupe de travail technique sur l'environnement a décidé de former un sous-groupe sur l'intégration qui aura pour mandat de prendre des décisions clés au sujet de son programme. En outre, il mettra au point un cadre et un échéancier relativement à l'intégration des résultats des recherches du Groupe de travail technique. Enfin, dans un avenir rapproché, le sous-groupe élaborera un calendrier détaillé pour l'année 3.

 

Haut de la page