Groupe d'étude international sur le lac Ontario et le fleuve Saint-Laurent

Qui sommes-nous?

Nouvelles/Médias

Bulletin

Groupe consultatif sur l'intérêt public

Groupes de travail techniques

Rapports et procès-verbaux

Données de l'Étude

Liens

Board room


Commission mixte internationale

Great Lakes Information Network
Site Web et traduction par le Bureau de la traduction





Téléchargez Adobe Reader
Téléchargez Adobe Reader 7.0
Groupes de travail techniques

Maximisation de la valeur de la production hydroélectrique

Résumé de l'indicateur de performance


Groupe de travail technique : Maximisation de la valeur de la production hydroélectrique

Groupe de travail technique : GTT sur l'énergie hydroélectrique

Recherche : GTT sur l'énergie hydroélectrique, Synapse Energy Economics Inc.

Modélisation : GFEP (modèle de la vision commune), avec des données fournies par les sociétés hydroélectriques.

Activité représentée par l'indicateur : Accroissement de la production d'électricité pendant les périodes de forte demande et réduction de la production pendant les périodes de faible demande.

Lien avec les niveaux d'eau : Le niveau du lac Ontario influe sur le débit sortant. La valeur de l'électricité varie selon la saison (demande accrue en hiver et au milieu de l'été) et le moment de la journée (pointes de demande). La répartition des débits au cours de l'année est donc importante.

Importance : L'Ontario et l'État de New York possèdent des centrales hydroélectriques, mais aussi des centrales nucléaires et à combustibles fossiles. L'hydroélectricité est la source d'énergie la moins coûteuse et la plus fiable et elle ne pollue pas l'atmosphère. Si on peut en augmenter la production en période de forte demande et la diminuer lorsque la demande est faible, on réduit le coût économique et environnemental de l'énergie. Pour le Québec, dont presque 100 % de l'électricité provient de centrales hydroélectriques, cet IP est moins important que l'IP qui précède.

Paramètres de l'indicateur : Les débits de plus de 7 080 m3/s (250 000 pi3/s) entraînent une réduction de la possibilité de production de pointe journalière. À 7 930 m3/s (280 000 pi3/s), la production de pointe journalière n'est plus permise. Les données historiques sur la demande en électricité et les prévisions de demande à venir permettront de déterminer le moment où l'énergie atteindra sa valeur optimale.

Validité temporelle : La demande varie selon la saison et le moment de la journée. La demande est d'habitude moins élevée au printemps et à l'automne. On considère que l'hiver et l'été sont des périodes de pointe. La demande est normalement faible de 22 h à 6 h et élevée entre 7 h et 21 h.

Validité spatiale : Consommateurs d'électricité de l'Ontario et de l'État de New York.

Liens avec les caractéristiques hydrologiques utilisées pour créer l'algorithme de l'IP : La production d'électricité diminue pendant les périodes de faible débit. Les débits sortant de plus de 7 930 m3/s permettent une production généralement plus élevée, mais pas de production de pointe journalière.

Algorithme : On a fourni, pour le modèle de la vision commune, un logiciel qui calcule la valeur en dollar de l'énergie et qui tient compte de tous les paramètres hydrauliques locaux et des débits jaugés des centrales.

Validation : On dispose de données sur la demande historique en électricité. Un consultant indépendant, Synapse, nous a fourni une évaluation de la demande à venir.

Bibliographie : Rapport de Synapse au Groupe d'étude, données historiques sur le marché, exigences réglementaires visant à étendre l'utilisation de sources renouvelables d'énergie.

Évaluation des risques et des incertitudes : Il semble que la demande est appelée à augmenter. Les règlements visant à diminuer la dépendance au pétrole importé et à augmenter l'utilisation de sources renouvelables d'énergie entraîneront probablement une hausse des prix de l'électricité. Les changements climatiques pourraient entraîner une diminution des niveaux d'eau et donc de la quantité d'eau disponible pour la production hydroélectrique. Un plan de régularisation qui entraînerait une augmentation du débit pendant les périodes de faible demande et vice-versa pourrait avoir un impact négatif sur les consommateurs d'électricité de l'État de New York, de l'Ontario et du Québec.



Haut de la page